Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 16:34

p2tb8v6i[1]

 

Sâadia se souvient ...

quand , pieds- nus

elle courait tout là-bas

dans la neige et le froid

fuyant avec les siens

son peuple bien-aimé

le peuple Arménien ...

la diaspora battait son plein !

Elle courait à corps perdu

terrorisée , l'âme à nu

loin des persécutions

des massacres , des exécutions .

Sâadia courait éssoufflée

éperdue , épuisée

gravissant péniblement

les pentes caillouteuses

arides , puis enneigées 

du mont sacré , vénéré

le mont Ararat .

A bout de force

les pieds gelés , en sang

elle se blottit là

vers ce qui lui semblait

être un abri de bois 

de brindilles , d'écorce

planches mystérieuses

dernier témoignage

d'un autre âge ... 

d'une histoire fabuleuse ...

Toute à sa découverte

elle caressa rêveuse

les poutres anguleuses

de la mythique embarcation

oubliant la fatigue , l'effroi

ses ennemis ... apaisée

dans cette immensité déserte 

elle se prit à sourire

même à rire

imaginant Noé

sa famille et tous les animaux

l'arche emportée par les eaux

voguant sur les flots

quarante jours durant

entre ciel et mer  

telle était la décision

de Dieu le Père !

Mais soudain en plein coeur

dans sa poitrine ...

comme une chaleur

un ralenti

pas même une douleur

... et dans son esprit

toutes les images de sa vie ... 

elle n'a pas eu mal

juste une petite marque

celle d'une balle

tirée à bout-portant ... 

Sâadia ne se sent pas mourir

elle s'étend dans un soupir

Sâadia rêve

rêve sans trêve ... 

Repost 0
14 août 2012 2 14 /08 /août /2012 11:13

yvell-omupied-2729259aa6-1-.jpg

 

Sâadia rêve ...

Sâadia rêve et se souvient

quand corsaire de la reine

elle était capitaine ...

De ses caresses satin

elle séduisait princesses

et catins ...

Chaussée de cuissardes noires

pantalon moulant

gris moire le soir

chemise à jabot

blanc le jour

odeur d'amour 

et catogan dans le dos ...

Véritable Don Juan

ça lui allait comme un gant !

Que Dieu lui pardonne

s'il y a maldonne

mais elles étaient si belles

ces sensuelles créatures

ces naïves jouvencelles

sur leur balancelle ... 

les séduire , un jeu d'enfant

son passe-temps favori

quelques murmures

deux ou trois mots doux

un baiser dans le cou 

quelques flatteries ! ... 

Et fol amant 

elle troussait lestement

les jupons , les dentelles

parfum enivrant

cela sentait si bon ... 

être fidèle ???

C'était demander l'impossible

c'eût été une torture ...

Tant de femmes , de filles

si belles cibles

conquêtes futures

proies offertes

gibier de choix 

à portée de sa main

trop experte ...

dans l'art d'aimer ... 

aujourd'hui , demain

mais dès à présent

c'est certain !

Née pour

l'amour

hors-la-loi

aux " je t"aime "

elle désire , elle aime

et s'en va ...

ainsi est Sâadia !

Repost 0
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 17:26

siqe98ku-1-.jpgPeinture de Boris Vallejo .

 

Sâadia se souvient

quand à l'ère tertiaire

les dinosaures peuplaient la terre

des animaux domestiques

un peu encombrants

mais si charmants

si sympathiques ...

Elle fuyait chevauchant

sa brave bête 

son fidèle Mat-Amor ... 

Du ciel tombaient les météores

dans un bruit d'enfer 

criblaient la planète

et pleuvaient les étoiles

immense voile

constellé d'or

tourbillons de poussière ... 

partout se formaient

de profonds cratères

explosaient des geysers .

Avec son fidèle ami

Sâadia traversait

des lacs , des marécages

parcourait de vastes étendues

de fabuleux paysages

un monde indéfini ... 

sur son dos , étendue

accrochée à son arête dorsale

elle fuyait , solitaire

avec son animal 

en quête d'une grotte perdue

où se cacher , se réfugier

se reposer ...

C'était il y a si longtemps

c'était demain ... c'était hier ...

Repost 0
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 07:15

josephine-wall-josephine-wall-48-img-1-.jpg

Création de Joséphine Wall .

 

Poussière de Néant

assise sur les brisants

Sâadia contemple

l'horizon incliné

arche d'un temple

aux yeux baissés

sur l'humanité ...

- la rotondité de la terre

a pour elle

un attrait sans pareil -

quand à l'horizon

se dessinent un arc

une courbe gracieuse

elle imagine la terre

ronde comme un ballon

jeté dans la cour des grands

par un garnement

un dieu polisson

de malicieuses

et sombres parques ...

... ou précieuse perle

d'un mirifique collier

au fermoir brisé

échappé des mains

de dame Beauté ...

... grain qui déferle

perdu dans l'infini

à la recherche de ses amis ...

Les pensées de Sâadia

dansent ,se balancent

l'enivre ...

Sâadia sait ...

sait qu'elle a été

qu'elle est , qu'elle sera

mais comment leur expliquer

ils ne comprennent pas

ne veulent rien savoir

rien entendre

la Vérité leur fait peur !

Sâadia veut vivre

l'instant présent

jouir de ce moment

ce bonheur pur

elle murmure

au cruel océan ;

"Il est l'heure ."

 

 

Repost 0
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 13:28

e423e724[1]Image de Sanem Gamze Guckiran . 

 

Sâadia rêve

joyeuse , elle se baigne

dans les eaux d'or

de la " Claire Fontaine "

et regarde son joli corps ...

elle pense à ses années d'errance

dans son pays , la France

- éternelle mouvance

de l'espace-temps -

quand elle se nommait

Louis Mandrin

un fieffé coquin

qui rançonnait

à travers les monts d'Ain

riches paysans

cabotins , mondains

et gros commerçants ...

pour une noble cause : 

partager son butin

entre les malheureux

les indigents , les pauvres gens

bien belle chose ...

Louis était heureux

quand il comptait fleurette

aux jolies villageoises

aux pécores bourgeoises

aux dévoyées soubrettes

dans les grottes de La Balme

séducteur au grand-coeur

il les conduisait au calme

pour mieux les aimer

sans pudeur , avec ardeur ...

pas une a dit : " Non " ...

ô les Ninon , les Fanchon

ces filles des soyeux de Lyon ...

Sâadia se souvient comme

elle se sentait si bien

dans la peau d'un homme

d'un voleur de grands chemins

à chevaucher des nuits entières

à la recherche d'une coquinerie à faire ...

On le traitait de vaurien , de bandit ...

on aurait dû l'appeler Saint-Louis !

Repost 0
30 mars 2012 5 30 /03 /mars /2012 09:20

Ai-Shinohara5-1-.jpg

Peinture de Ai Shinohara .

 

Sâadia rêve

rêve allongée sur le sable

ce sable si fin , si doux

si chaud , si agréable ...

sur elle , partout

sur sa peau , sur son cou

dans ses cheveux ...

Sâadia se souvient

quand à Hiroshima

sur le pont Aioi

par la main

elle tenait sa maman

Sayonara ...

puis plus rien !

Juste le feu , les flammes

les hurlements , les cris

cette terrible brûlure

indescriptible torture

à damner les âmes

à liquéfier l'esprit  ...

Cet éblouissant éclair

brûlant jet

d' " Enola Gay "

lui brûla les yeux

la chair

son corps se désintègra

disséminé en poussière ...

elle planait très haut

comme un oiseau

dans le bleu du ciel

dans l'éther ... 

pareilles à des bulles d'air

des myriades de cellules

infimes particules

s'élevèrent dans l'atmosphère

sous elle , la Terre

saccagée , destroy ...

c'était juste " Little Boy " ...

Please , s'il vous plaît

la paix , la paix ...

Sâadia avec amour

fait glisser entre ses doigts

près d'elle , partout , autour

ces milliers de grains de sable :

son corps , ses os

sa propre chair , son cerveau

mais pas son âme , pas son esprit ...

... et résonnent encore ses cris

là-bas à Hiroshima

sur le pont Aioi ...

c'était écrit !

Sâadia sourit

sourit à sa prochaine vie ...

Repost 0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 07:38

femme-allongee-mer-1-.jpg

 

Saâdia rêve ...

rêve allongée sur les dunes ...

les dunes ... si blondes ... si brunes

Saâdia rêve ...

rêve à la clarté de la lune ...

Saâdia se souvient ...

quand avec son ami , Klêo

le pâtre nubien

elle conduisait les troupeaux

sur les berges fertiles

verdâtres

le long du Nil ...

Saâdia se souvient

des légères félouques

aux voiles gonflées , fébriles

qui claquaient dans le vent

se balançaient antan ...

non loin d'Assouan ...

chargées d'or

gorgées de trésors

à destination des souks

des cités , des ports ...

Saâdia se souvient

quand sur le sable du Nil

à dix-sept ans

elle riait , courait

pieds-nus

au passage

des galères

ces lourds équipages

venus

d'un autre univers ...

par-delà les déserts ...

elle agitait ses bras graciles

l'éclat de ses bracelets

à ses fragiles poignets

et sa jeune beauté

allumaient mille feux

dans les yeux 

des prisonniers ...

elle rêvait de liberté

de voyages ...

c'était il y a longtemps

... bien longtemps ...

mais Saâdia se souvient ...

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Asiamour
  • Le blog de Asiamour
  • : Pensées à la dérive Amoureuse inconditionnelle de la planète
  • Contact

MES CONVICTIONS

" Tout ce qui n'est pas donné est perdu ." proverbe indien

" Les mots sont les passants mystérieux de l'âme ." V.Hugo

" J'ai toujours préféré la folie des passions à la sagesse de

  l'indifférence ." A.France

" La liberté c'est s'oublier ." Apsara

" Le premier amour est toujours le dernier ." T.Ben Jelloun

" L'idéal est un oeil que la science crève ." V. Hugo

" Science sans conscience n'est que ruine de l'âme ." 

                                        Rabelais

" Les souffrances extrêmes ont les intuitions infaillibles de

   l'instinct ." P. Bourget

" J'aurai beau tricher et fermer les yeux de toutes mes

   forces....il y aura toujours un chien perdu quelque part

   qui m'empêchera d'être heureuse ." J. Anouilh ( La

   sauvage )

" Je souffre donc je suis ." Apsara

Recherche