Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juillet 2009 7 19 /07 /juillet /2009 08:36

Nous laissons la voiture près d'une maisonnette en bambou ; devant , une splendide jarre , la réserve d'eau .
Nous nous rendons tous les trois sur la place où sont garés de nombreux camions ; ces véhicules font la navette jusqu'au site sacré . Il ya beaucoup de monde ; des pélerins de tous bords ! Nous trouvons enfin quatre places , grimpons sur une espéce d'échafaudage et nous nous installons dans la benne , le plus confortablement possible , sur de minuscules bancs ; nous sommes environ une quarantaine entassés tant bien que mal ; 500 kyats pour les étrangers , beaucoup moins pour les Birmans ; je suis la seule blanche , enfin blanche c'est une façon de parler !!! le bronzage plus la poussiére collée par la sueur me font ressembler à une véritable asiatique...Les femmes profitent de l'exiguïté de la situation pour toucher ma peau...Mon Dieu , si le bonheur tenait à si peu de chose !!!
Le camion démarre en trombe , nous versons tous les uns contre les autres : les bébés hurlent , les vieillards se cramponnent , psalmodiant d'incompréhensibles litanies . Pendant une demi-heure nous montons , à vive allure , les 1000 m qui nous sépare du lieu mythique , frôlant des gouffres vertigineux , croisant les camions pleins qui redescendent ; les chauffeurs , tels des gamins sur les montagnes russes , affichent un immense sourire , heureux de la terreur qu'ils sèment ; la route trop étroite ne permet pas le croisement , l'un des deux chauffeurs doit s'arrêter , mais lequel ? Bonne question ! Celui qui cède le passage est un dégonflé aux yeux de l'autre et de tous les passagers...Fâcheux dilemme mettant en jeu la vie de tous !!! Nous n'avons rien pour nous tenir et nous nous heurtons violemment les uns aux autres suivant les coups de freins et les périlleux virages de la route ; je suis au bord de la benne et j'ai tout loisir d'apprécier le danger d'une telle expédition ; les roues mordent dans le vide faisant débarouler d'énormes pierres qui peuvent tomber sur les camions plus bas : un vrai casse-gueules ! Durant toute l'ascension , assise juste derrière moi , une mémée très âgée , pleurant toutes les larmes de son corps , cramponnée à ma taille , psalmodie des " pia pia pia " dont j'ignore le sens mais qui , à mon avis , sont des incantations magiques ( incantations que j'aurai la chance ou le malchance de réentendre en une toute autre occasion...) ; les petits hurlent , serrés dans les bras de leurs mères ; les adolescents jouent aux durs mais rient jaune....
Un des plus hauts lieux du pélérinage bouddhiste vaut bien quelques désagréments...
Le paysage aux alentours est somptueux ; montagnes tourmentées et au loin un petit clin d'oeil de la mer d'Andaman ; une jungle , épaisse , luxuriante , parsemée de petits pagodons dorés .
Il est très difficile de prendre des photos avec les incessants soubresauts de l'engin qui semble à l'agonie tant le moteur peine . Le camion stoppe brutalement , nous sommes tous projetés les uns contre les autres ; un homme approche un ridicule et branlant escabeau en bambou : équilibre précaire sur cette petite place bruyante ou vont et viennent de pleins chargements de pélerins ; je préfère sauter de la benne . Mes trois amis me rejoignent , le gosse va vomir dans un coin ; sûrement le plat de nouilles...Berk ! Le Paradis après l'Enfer ? Non pas encore , il faut le mériter ! Le plus dur reste à faire...La lente et pénible montée jusqu'au célèbre Golden Rock ...Plus de deux heures de " grimpette " raide par le chemin le plus court ; certains mettent six heures ; les malades , handicapés et vieillards peuvent louer les services de porteurs , quatre hommes vous transportent au sommet sur une espèce d'horrible civière ; des femmes se chargent de porter les bagages de ceux qui restent plusieurs jours sur le site .
Premier impératif : se déchausser ! Nous abandonnons donc nos infâmes carcans pour une autre torture ! Mmm ! Le sol brûlant...Nous gravissons les marches , pieds nus , par moment la douleur est intolérable ; heureusement une grande partie des escaliers est couverte et nous apporte un peu d'ombre ; mes pieds heureux peuvent courir d'une échoppe à l'autre contempler ce bric-à-brac d'objets religieux , la plupart à l'effigie de Bouddha mais aussi du Christ , de la Vierge ...des centaines de boutiques sont installées là , cela me fait penser à Lourdes , vendant tout ce que l'on peut faire en matière de religion !!! Krishna , Ganesh , des personnages de la crèche , divers saints , et même des hommes politiques comme Chuchill et des écrivains tel que le grand Hugo , lui qui avait écrit :
" Vous vous faites vendeurs ! Prêtres , l'adossement
  De l'échoppe suffit pour que le firmament
  Epaississe au-dessus de l'église ses voiles ;
  La boutique retire au temple ses étoiles ."
Quelques vendeurs de fruits ; j'offre à chacun de mes amis une mangue bien mûre découpée en petits morceaux ; nous savourons doucement ce fruit juteux , désaltérant ; un véritable délice par cette chaleur . La montée est longue , très longue ; le gosse , ( dont j'ai oublié le nom , tellement compliqué , et je n'ose plus lui demander de le répèter ) déjà fatigué se fait porter par son père ; son épouse me prend souvent la main et nous marchons telles deux gamines . J'aime assez cette coutume très courante en Birmanie : geste naturel , enfantin qui crée des liens . Le ciel se couvre de gros nuages noirs , nous arrivons au sommet ; dernière épreuve que je passe sans difficultés : le poste militaire . Vérification du visa ; ils semblent de bonne humeur ; étant la seule touriste j'avais peur qu'ils me cherchent des noises ! Non tout se passe bien ! Je rejoins mes amis qui m'attendent un peu plus loin . A présent les escaliers descendent , une fine pluie les rend glissants , on ne tient pas debout ; le sol est moins chaud mais la crainte de tomber n'est pas plus agréable . Le soleil réapparaît , la vapeur montant du sol ajoute à la magie du lieu ; devant nous s'étend une immense place carrelée et tout au bout ...le Rocher d'Or...mais nous ne l'apercevons pas encore...
                                                                 à suivre.....

Partager cet article

Repost0

commentaires

Car Title Loans 09/04/2016 19:44

In this way, there will be no amazing contest apropos advantageous ashamed your acclaim afterwards abrades. Accumulate in apperception that accurate individuals utilizing agent appellation credits are accomplishing this if all away fails or starting now acknowledgment for accepting astonishing money, and you thoroughly would sustain not to get included with any bread-and-butter drive adept who could abuse your banknote accompanying condition. You care to consistently attending for afterwards bottomward the accordance of accurate admiral for acceptable 'ol composed, almanac and assay address afore you assurance anything.

DANIELLE 06/10/2012 11:45


c est inimaginable ce que je viens de lire vraiment une histoire boulersant pour ces gens ces transports incroyable pour arriver en haut tous ces gens et ces femmes qu ils portent ces bagages
lourds merci de ces photos et nous expliquer bisous Dan

apsara 06/10/2012 18:51



Bonne sdoirée chère dan,après un bel apres-midi le temps se gâte


beezoo à tous les quatre



Stella_08 20/07/2009 19:17

bonsoir, j'espere que tu vas bien, eh bien quel voyage, j'aurai eut la trouille lol, mais encore une fois beaux moments de partages et superbes photos bisous bonne semaine

dalinele 20/07/2009 18:02

quel plaisir de te lire! tu fais un récit vivant, on te suit sans peine, si j'ose dire ça en lisant le récit de la montée!

Sonya 20/07/2009 17:10

ces photos invitent au voyage

Présentation

  • : Le blog de Asiamour
  • : Pensées à la dérive Amoureuse inconditionnelle de la planète
  • Contact

MES CONVICTIONS

" Tout ce qui n'est pas donné est perdu ." proverbe indien

" Les mots sont les passants mystérieux de l'âme ." V.Hugo

" J'ai toujours préféré la folie des passions à la sagesse de

  l'indifférence ." A.France

" La liberté c'est s'oublier ." Apsara

" Le premier amour est toujours le dernier ." T.Ben Jelloun

" L'idéal est un oeil que la science crève ." V. Hugo

" Science sans conscience n'est que ruine de l'âme ." 

                                        Rabelais

" Les souffrances extrêmes ont les intuitions infaillibles de

   l'instinct ." P. Bourget

" J'aurai beau tricher et fermer les yeux de toutes mes

   forces....il y aura toujours un chien perdu quelque part

   qui m'empêchera d'être heureuse ." J. Anouilh ( La

   sauvage )

" Je souffre donc je suis ." Apsara

Recherche